• Boréal

    Depuis quelques jours maintenant, tu pleures.
    Tu pleures comme un arbre qui suinte.
    En silence.
    Tu te tais.
    Pourtant je sens bien moi dans te sanglots entrecoupés d'agitation silencieuse, que ta tête était plus légère à regarder l'espace du silence.
    Garde le. Garde le bien au fond de toi et de tes doigts.
    Pour qu'un jour,
    enfin tu puisses,
    pleurer au creu de mes bras.
    Volime te.

  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Avril 2007 à 18:25
    Heu
    C'est joli...
    2
    pilou
    Vendredi 13 Juillet 2007 à 03:44
    boréal
    intéressant résumé des larmes , mais la fin me semble trop protectrice.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :