• Epines de pin

    Parfois les hommes tombent du ciel.
    Parfois les hommes ressemblent à un sapin que l'on jette par la fenêtre. Septième.
    Il y a ce son mat et sourd. Un son que l'oreille ne connait pas encore.
    Un son qu'elle n'oubliera jamais.
    Le son d'un corps lourd et jeune qui rebondit contre le bitume indifférent.
    Un sapin en chausson. Un sapin qui porte son identité autour du cou.
    Un sapin vivant, auréolé de sang et de viscères.
    Parfois les hommes viennent du ciel. Espérons qu'ils y retournent plus serein.


  • Commentaires

    1
    geva
    Mardi 30 Janvier 2007 à 22:36
    le sapin
    Qu'il est lourd de sens ce sapin !!!... lourd de tout ce qu'il est et lourd de tout ce qu'il n'est plus... Je le vois comme un passseur de vie plutôt qu'un passeur de mort, ce sapin-là. Les sapins, ça continue à vivre si on ne leur coupe pas les racines... même s'ils sont tout secs ! Bonne année le sapin !
    2
    Mardi 6 Février 2007 à 16:02
    Parfois
    oui, tout ça...
    3
    Mercredi 21 Mars 2007 à 22:09
    Oreille
    Il faut former l'oreille...
    4
    Dimanche 1er Avril 2007 à 00:55
    la
    musique des sphères, bien à toi...decouverte de ton blog
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :