• le desert salé

    Arrivé à ce point du chemin, Georges ne savait plus. Fallait-il prendre à gauche, devait-il choisir la droite. Tout droit ? Trop hostile. Beaucoup trop hostile. Georges n'était pas fou.

    Pourtant, Georges était parti un matin sans même claquer la porte. Il s'était laissé porté au gré du courant, et voilà que le courant était gelé, complètement figé. Empêtré sous un mètre de glace.

    Georges ne savait plus. Tout était trop blanc. Bien trop éblouissant. J'ai marché sur la baltique salée et j'enviais Georges de ne plus savoir où aller. Plutôt rester.

    Parfois le brouillard se fige, et tout devient plus limpide.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :