• Un bout de nos racines : Le A


    Comme une enfant je demande :
    Maman, c'est quoi la fusion.
    Maman, quel est le sens de la vie. Est-ce de n'en avoir aucun, justement.
    Le sens de la conscience réside t-il justement dans cet absurde paradoxe.
    Que veulent signifier les invités de ce Banquet ?
     
    Il est un mot pourtant. Un mot qui m'enchante en marchant. Un mot que la publicité a tellement galvaudé. La publicité n'y comprend décidément rien à rien. De ce mot que la société semble oublier parfois, si souvent. Un mot que l'on voudrait nous faire croire sans valeur.

    Mais, ce mot comme un partage animal, comme un festin même frugal. Ce mot que je voudrais voir sauvé jusqu'à la nuit de nos pauvres temps. Comme une enfant. Un mot difficile à ériger comme principe quotidien.

    Rien n'est jamais gagné.

    J'aime entièrement mes moitiés pourvu qu'il leur reste un peu d'humanité. Qu'elles soient laides ou défigurées, amères et parfois acides, qu'elles tournent en rond pour trouver une place ou qu'elle préfère filer tout droit sans jamais trouver leur place. Toutes ces moitiés m'enrichissent. Et tu veux que je te dise. Je trouve merveilleusement belles leurs faiblesses. 

    Alors j'imagine que ce mot a encore du sens à mes yeux. Je m'y accroche tel le roseau. Quelque soit la manière, quelque soit la mesure, l'humain vaut toujours mieux avec ce mot.  
     
    Inspiration : Merci aux contes hellénistes sur les moitiés. Merci à l'être qui les a exhumés de fin fond de mes temps. A Lawick Mueller  aussi, pour son travail et sa réfléxion artistique troublante. Et à Alfred de Musset pour son ambitieux projet "Je ne suis qu'homme et ne veut pas moins être ni tenter d'avantage".


  • Commentaires

    1
    11eme ciel
    Mercredi 31 Mai 2006 à 22:52
    un bout de nos racines
    Elles sont belles ces petites têtes de musique sur une partition imaginaire - Clé de fa, clé de sol...Si tu veux, je pourrai te les jouer au piano, je les entends. Merci de tes questions, je me mets aussi en perspective de "tes absurdes paradoxes". On doit tous y répondre... c'est long et passionnant d'essayer d'y répondre, et de re-re-essayer de trouver. Un jour - Bingo, tu y es... Erreur ! Il manquait une pile du pont, ou une marche à l'escalier. Plouf, tu prends l'eau, vlan, tu tombes et tu boîtes... RIEN N'EST JAMAIS G...! Ton 11ème qui t'aime
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    First Floor
    Jeudi 1er Juin 2006 à 11:01
    Les pieds sur terre
    La tête dans les nuages. Il faut toujours regarder où on marche et prendre soin de cette incroyable cadeau qu'est la vie. A son rythme, selon son age, suivant le poid de sa tête, suivant les lignes de la gravité. Il est certainement des paradoxes qui nous font trouver un équilibre entre la terre et les nuages, du premier au onzième. Le first loving floor.
    3
    Jeudi 1er Juin 2006 à 12:56
    underground
    Te découvre. C'est fou ce besoin que nous avons de nous exprimer, c'est fou ces talents cachés, c'est fou comme nous sommes une génération souterraine. Peur de nous dévoiler, peur d'exister, peur de les détrôner. Je crois qu'il va falloir qu'on parte à l'assaut. Hauts les coeurs!
    4
    bidule 14
    Vendredi 2 Juin 2006 à 05:12
    L'assaut
    Une question pourtant. Que restera-t il de notre cybergénération dan 150 ans, dans 1000 ans ? J'ai adoré le métro, je m'y sentais bien. Aujourd'hui je lui préfère le bus. Il faut croire que c'est la première marche de l'assaut. Une question pourtant. L'underground produit tant de talents.
    5
    Samedi 3 Juin 2006 à 18:26
    Bonjour Bidule14,
    Je flanais sur blogg.org et puis j'ai attéri chez toi par hasard :) Je découvre - Alfred de Musset, j'apprécie beaucoup. Tu fais du théâtre=? j'ai vu un lien "parole en jeu".Merci de m'avoir ajoutée à ton dico des pages :) A bientôt.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :