• un timbre pour un billet : un bleu piscine

    Mais ou étais-tu tout ce temps.

    Les pieds dans l'eau. Ce petit bateau ?
    Le sable entre les orteils. Cette brise fraîche ?
    De l'iode dans la tête.

    Du foin dans les oreilles. Le chant des oiseaux sur ton chignon ?
    Ta robe claire. Ta robe qui dansait autour de tes genoux ?
    Une marguerite au coin de ta bouche.

    La poussière d'un souk. Une saveur orientale ?
    Le langage d'un thé brun et l'odeur du pain.

    Ou étais-tu tout ce temps.

    Au fond de ta couette ?
    Sous un toit gris ?
    Au dessus des cheminées et des antennes paraboliques ?
    Avec les moineaux ?

    Oui. J'étais lovée en Afrique. Oui, j'étais partie en Turquie.
    Oui, j'ai fait un crochet à Téhéran et j'ai marché au Soudan.
    Et, tu sais quoi ? Je me suis promenée à l'anglaise avec une Cadillac crème. Au bord des galets j'ai nagé. J'avais cette longue robe noire. Cette robe d'une soirée. Sur mes clavicules une fibule.

    J'ai mis mon chapeau de paille, j'ai chaussé des lunettes même pas payées.
    Des lunettes de star prêtées par un anglais. Un lord affamé. Et j'ai nagé.

    Oui, je me suis caché dans tous les recoins de la terre, sous ce vortex, dans cette autre dimension. Oui, je me suis suspendue à cette corde et j'ai joué les funambules. Tu veux que je te dise, ça fait du bien de partir sans cartes, sans timbres et sans nouvelles.

    J'ai voyagé. Je ne me suis pas manquée. Surtout j'ai aimé. Ljubavi.
     
    crédit photo : Vava  Ribeiro

  • Commentaires

    1
    Lundi 29 Mai 2006 à 19:28
    Tant
    mieux...
    2
    Une pelote de laine
    Lundi 29 Mai 2006 à 19:44
    Bidule, belle Bidule
    Contente de ton retour, et de lire la douceur de ton voyage :)
    3
    Lundi 29 Mai 2006 à 19:46
    Une pensée dans un coin
    de ma tête. Un reveil, un lapin, une alice, un taxi, et mes chaussures s'envolent. Je te garderais aussi dans un coin de ma tête, joli brun. Envoie moi de temps en temps des nouvelles des éléphans. Je ne suis pas triste de t'avoir rencontré, pas plus je ne suis désolée d'avoir vécu ces deux jolies soirées. Le reste il faut croire que c'est la vie, une histoire d'aiguillage, de lapin de pendule et de taxi. Bisous.
    4
    Une pelote de laine
    Lundi 29 Mai 2006 à 19:46
    C'est rigloglo
    que ton billet soit bleu piscine: ce matin, j'ai fait le poisson. (Ah et tu parles de fleur au coin de la bouche, ça me laisse rêveuse)
    5
    M.
    Lundi 29 Mai 2006 à 19:48
    C'est marrant, ça
    il y a des retours de discours qui se ressemblent étrangement. N'est-ce pas monsieur Chachlik?
    6
    Lundi 29 Mai 2006 à 19:51
    C'est...
    C'est un fil rouge, une pelote angora. C'est ce fil que l'on lit depuis un web bar, peut-importe quel pays. Merci joli cardigan pour ce lien. Bientôt j'écrirai. Mais pas tout de suite. Bientôt c'est promis.
    7
    Lundi 29 Mai 2006 à 20:10
    Normal
    on a un point commun... Mais un seul.
    8
    Lundi 29 Mai 2006 à 20:15
    Un diner
    au Liban ?
    9
    Lundi 29 Mai 2006 à 20:45
    Trop tard
    .......... Madame... Mais c'est lié.
    10
    onzieme ciel
    Lundi 29 Mai 2006 à 23:02
    bleupiscine
    Non, tu ne t'es pas manquée et tu es bien réveillée... on est très bien dans tous tes recoins. Mais quel est-il ce Ljubavi ?
    11
    maximus
    Mercredi 31 Mai 2006 à 09:15
    rêverie d'un soir
    Douceur et langueur de l'Afrique et de l'Orient : j'envie ton voyage sans contrainte. Mais y aurais-tu laissé quelques plumes, quelques larmes, quelques blessures ? Tu sembles emprunte de mélancolie...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :